Le projet « Le Vrai du Faux » est une collaboration artistique entre The Desk – art contemporain et l’artiste Laurent Cerciat, dans le cadre de la cinquième édition de l’Eté métropolitain, événement de Bordeaux Métropole.

Le projet a été présenté sous forme de parcours artistique et botanique au jardin botanique de Bordeaux, au jardin universitaire de Talence et dans le jardin de la médiathèque de Basens. Le public était invité à chercher les plantes artificielles créées par l’artiste et dissimulées parmi les vraies, en entrant dans l’intimité de différents jardins...

60 plantes au total ont été créées pendant trois mois sous forme d'ateliers participatifs ouverts au public.


               

Vidéo :  cliquez-ici

« Par le biais du travail artistique de Laurent Cerciat, j’ai voulu inciter les gens à entrer dans l’intimité de ces jardins. Apprendre à regarder, prendre le temps d’observer de plus près cette nature fascinante en recherchant la plante artificielle dissimulée parmi les vraies, voilà tout l’intérêt de ce projet.


C’est également, j’avoue, un bon prétexte pour introduire l’art contemporain auprès des néophytes. Je souhaitais casser aux yeux du grand public cette image faussée de l’art qui ne s’accroche que sur des murs blancs. Personnellement, je conçois l’art comme ayant une utilité, celle de surprendre, d’édifier des ponts entre des univers différents, de communiquer des valeurs et créer des moments de partage. Je ne conçois pas l’art d’un point de vue passif mais plutôt comme un catalyseur.


La compréhension par l’action est également une des grands valeurs que je défends via The Desk – art contemporain. C’est la raison pour laquelle le public a été invité à participer à la création des plantes artificielles avec Laurent Cerciat sous forme d’ateliers.»


Flora Stich / The Desk – art contemporain

 


«Vrai ou faux ? Les jardins citadins portent dans leur histoire toutes ces ambiguïtés : nature sauvage feinte ou recréée, organisation des savoirs, lecture du monde, scénographie des rêveries tirées des arts et de la littérature, conservation d’un patrimoine sans cesse en mouvement, image de paradis perdus pour une immersion temporaire, rôle écologique ou sanitaire, possibilité d’isolement ou de socialisation, besoin d’expériences sensorielles renouvelées avec des formes du vivant totalement différentes...


Ces sculptures, élaborées patiemment, reproduisent des plantes sauvages spontanées. Apparues ici dans les plates-bandes, presque invisibles, elles sont à la croisée de ces questionnements sur le pittoresque : qu’est-ce qui est digne d’être peint, photographié, reproduit, observé ? Et à quelles émotions peuvent nous conduire ces incertitudes du regard ? Ce dialogue ludique entre réalité et représentation peut s’inscrire, je l’espère, dans cet échange permanent entre le paysage que l’on parcourt physiquement, et le paysage en nous, façonné par les souvenirs et l’imaginaire, chacun produisant sa propre poétique du cheminement. »
 

Laurent Cerciat


 

LAURENT CERCIAT

 

 

Le travail de Laurent Cerciat tente de questionner notre rapport à la nature, à travers une référence fréquente à l’histoire des jardins et des paysages. De libres déambulations dans l’espace urbain ou rural sont l’occasion de porter un regard nouveau sur l’environnement ordinaire et une attention particulière à certains détails comme la flore spontanée. En résultent des séries photographiques, des sculptures ou des installations éphémères, évoquant le monde végétal ou le mettant en scène et invitant le spectateur à expérimenter à son tour des cheminements physiques, visuels ou imaginaires.

 

Né le 30 juin 1972 à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), vit et travaille à Bordeaux.

 

Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux.

 

Co-fondateur et co-responsable du Lieu d’art À suivre… (production et diffusion d’art contemporain) ouvert à Bordeaux de 2004 à 2011.

 

  • Membre du collectif d’artistes Vous êtes ici (1999/2009), du groupe d’artistes Cum Mensa (2015), du groupe vocal La Psallette (2014).

 

  • Expose individuellement ou en groupe, dans divers lieux institutionnels ou alternatifs (CAPC Musée d’art contemporain Bordeaux, le CenQuatre Paris, Chiyufuku Art Space Kurume, Musée d’Aquitaine, Lieu d’art À suivre Bordeaux, Jardins partagés Paris, Jardin botanique Bordeaux,Maison écocitoyenne, Chapelle du Prieuré Saint-Loubès, Médiathèque Blanquefort, Minoterie Mont de Marsan, divers sites naturels,patrimoniaux ou atypiques...).

 

  • Effectue des résidences sur le plan local, national ou international (Mutations d’office Mont de Marsan, le Cent-Quatre, Jardin CPCU Paris,Chiyufuku Art Space Kurume Japon, Nouaison Pujols sur Dordogne, À suivre… lieu d’art, Bordeaux, Krug Circle Sofia-Duzhdovnitza, Bulgarie,Château Bastor-Lamontagne, Preignac).

 

Artiste intervenant, collabore régulièrement avec l’Ortie association d’éducation à l’environnement et d’ethnobotanique, l’Artothèque départementalede la Gironde, l’Éducation nationale, l’artothèque Mutuum, l’Institut départemental de développement artistique et culturel, laCommunauté urbaine de Bordeaux, l’artothèque Les arts au mur Pessac, la Ligue de l’enseignement, le parc naturel régional des Landes deGascogne, la Forêt d’art contemporain, les médiathèques, les lycées, les collèges et les écoles, les mairies et communautés de communesdes territoires de Gironde ou d’Aquitaine.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ENGLISH

« The true from the false » is a collaborative and itinerant project created by the artist Laurent Cerciat and Flora Stich. It was presented to, and chosen by, Bordeaux Metropolitan in France.

 

Artificial plants have been made to look more real than genuine plants. We have then hidden them in amongst real foliage in public and bo­tanic gardens. It has been presented as a playful walk along which the general public must find the true plants from the false. We wanted to use artistic mediation to highlight nature and encourage people to walk through gardens.

 

The work of Laurent Cerciat questions our link to nature by using references to the history of gardens and lanscape. A journey through urban and rural spaces is the way to propose a new vision of the ordinary environment, especially focusing on the details of spontaneous flora. Sculptures and ephemeral installations are made to put the world of vegetation on stage and for people to experiment with visual, physical and imaginary experiences.

The artificial plants created by Laurent are wild plants, usually pulled by french people from their gardens. We took the opposite position and placed these plants back into public spaces. In fact, those plants go totally unnoticed but they have a lot of virtues. There is a renewed inte­rest in these species by botanists and even French gastronomy.

 

Dandelion, canada fleabane, wild lettuce, stinging nettle, ribwort, lemon balm, mallow, sow-thisle, annual bluegrass and rooted porcelle are part of everyday life for French people but are they in your country ?