Archeo-plastie-web-RVB-V2.jpg
Aperçu : cliquez-ici

Informations pratiques :
www.mairie-soulac.fr/activites/culturelles
 

"L’exposition « Archéo-plastie » est née d’une collaboration entre l’artiste Laurence Nourisson, The Desk - art contemporain et l’UMR Ausonius, laboratoire de recherche sur les sciences de l’Antiquité et du Moyen-Âge. Cette exposition s’inscrit dans la continuité de l’installation artistique « Archéologie en devenir », soutenue par le Département de la Gironde, présentée périodiquement devant le musée d’Art et d’Archéologie de Soulac-sur-Mer depuis juillet 2020.
 
Le travail de Laurence Nourisson sublime le plastique en objet de mémoire en utilisant les codes de représentations des musées archéologiques et ethnologiques. Ces restes rejetés sur nos plages sont valorisés tels des objets patrimoniaux, uniques, retraçant un aspect de notre société perdue.

L’exploration des collections archéologiques du Musée d’Art et d’Archéologie de Soulac-sur-Mer a permis de mettre au jour des objets et fragments d’époques variées, en fonction de leurs usages, et de les confronter avec ceux de l’artiste. Ce face à face entre ancien et moderne met en valeur la matière et soulève la question de la multiplicité et de la temporalité de ces objets.
 
Les vestiges laissés par la société de consommation sont un sujet récurrent chez les artistes, en attestent, pour n’en citer que quelques-uns, les inclusions d’Arman, les compressions de César, les tableaux-pièges de Spoerri, les fouilles sous-marines de Damien Hirst (…).
 
S’il est dit que les archéologues fouillent les poubelles du passé, alors les artistes fouillent les poubelles du présent."


The Desk - art contemporain, créé par Flora Stich en 2014, est spécialisé dans le montage de projets artistiques. Bureau hybride, ses affections vont vers la conception d’installations à destination de l’espace public et d’expositions en collaboration avec des artistes plasticiens.
La transversalité entre les arts plastiques et les autres disciplines, comme l’architecture, la botanique ou dans ce cas présent l’archéologie, est partie prenante dans le montage des projets. La liberté des arts plastiques permet d’aborder des sujets de manière très diverses et décomplexées et de proposer ainsi une autre visibilité.


Laurence Nourisson commence à collecter des déchets essentiellement sur les littoraux dès 1987. A partir de 2000, elle se focalise sur le déchet plastique qu’elle considère comme emblématique de notre ère. Comme un archéologue, l’artiste, prélève, relève et révèle ces restes fragiles, en reprenant les gestes des scientifiques, elle tente des reconstitutions par l’assemblage et la juxtaposition.


« L’univers du disloqué, du fragmenté, du rejeté, les restes fragiles, fragments rayés, patinés, souillés, éraflés, brûlés par les éléments et le travail du temps et ayant perdu toute fonction d’usage et d’échange, s’offrent au regard dans une scénographie muséale conventionnelle. Qu’il soit contemporain ou ancestral, le déchet nous renvoie à notre mémoire, à l’histoire de l’humanité, à notre rapport au monde. Leur présentation au sein du musée en permet la valorisation et la contemplation.
- valorisation, grâce aux différentes documentations liées aux pièces archéologiques pour présenter ces restes bien ténus et pourtant témoins d’une aire géographique, historique et sociale.
- contemplation, grâce à l’ambiance silencieuse du musée, à la déambulation ralentie propice à la réflexion, aux questionnements que suscite tout vestige.

Cette exposition « Archéo-plastie » nous plonge au coeur du paradoxe et d’une juxtaposition provocante. Le déchet, objet de connaissance, témoin d’un autre temps, de notre temps peut nous interpeler sur les notions humanistes comme la sociologie, la mort, ou l’écologie. »

 

Pour cette création Andréa Ho Posani, accompagnée par Flora Stich / The Desk – art contemporain. a été accueillie en résidence à l’Observatoire de Floirac en septembre. Leur recherche questionneront l’harmonie entre l’intervention humaine et la nature environnante.

Pour un espace très singulier du parc, un contexte végétal entre niche et abri, est conçu une installation "Echo Visuel" révélant la nature à travers le prisme du reflet et du dessin d'Andrea.

L’oeuvre créée pour la Nuit Verte de panOramas est une suite de l’installation REFLECTERE présentée au parc de Camponac à Pessac et au parc Sourreil à Villenave d’Ornon, dans le cadre de l’Été Métropolitain 2018.

Flora s'intéresse particulièrement au rapport des gens avec leur environnement et au rapport des gens entre eux, et étudie la meilleure façon de renforcer cette relation par le biais de projets artistiques interactifs et immersifs.

Andrea Ho Posani (née en 1973 au Venezuela) est plasticienne. Elle vit et travaille à Bordeaux.

Architecte, elle a également suivi les enseignements en arts plastiques de l’École des Beaux- Arts.
Son travail mêle l’architecture, le design et les arts plastiques et s’enrichit de son intérêt pour la diversité des cultures. Andrea a également collaboré à des ateliers de conception et de réalisation de décors pour le cinéma, en France et au Venezuela. Elle a exposé à Caracas, Bordeaux, Dublin, Brighton et Barcelone.


Depuis dix ans, elle privilégie le dessin, accumulant des expériences de techniques traditionnelles en petit format, à une pratique du graphisme à grande échelle, sous la forme de fresques monumentales en relation direct avec l’espace construit. Ces deux dernières années, elle a approfondi sa recherche plastique en s’intéressant tout particulièrement à l’architecture de la ville de Bordeaux. Elle a ainsi réalisé les dessins de l’ouvrage « Bordeaux en couleur », paru aux éditions Mollat en décembre 2016.

Elle est accompagnée dans ses projets par The Desk – art contemporain.